L’imprimerie 3D au service de la médecine

La simulation médicale est un moyen beaucoup plus pratique pour s’entraîner aux différents gestes techniques sans mobiliser un patient vivant. On utilise des mannequins pouvant être plus ou moins réalistes selon le type de compétences et le but de la simulation (contrôle de réactions comme cri, pleurs, douleurs ou contrôle d’hémorragies ciblées et d’arrêt cardiaque). On utilise également des modèles d’organes servant d’entraînement pour les interventions. Malheureusement, ces modèles coûtent en général assez cher et ne sont pas utilisables sur une longue durée.

C’est dans le but d’améliorer le réalisme et le coût de revient de ces modèles que l’on commence à se tourner vers l’impression 3D. En effet, on peut modéliser n’importe quel organe à partir d’imagerie médicale et l’imprimer à partir de matériaux comme le PVA (ou PVOH, l’alcool polyvinylique). Grâce à cette méthode, on peut simuler des problèmes sur des organes comme des inflammations et ainsi permettre aux médecins de s’entraîner dessus pour être prêt avant une intervention.

Même si on ne maîtrise pas encore toutes les possibilités de l’impression 3D, les techniques de simulation médicale et le réalisme qu’elle fournit ne font que s’améliorer de jour en jour et on sera bientôt en mesure de reconstituer un mannequin entier avec des organes réalistes en impression 3D à moindre coût.

 

 

                                                                                                                          Par Hugo Menez

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *